Pôle SCS
Les enjeux du DeepTech

Par La rédaction, 2 juin 2024 à 17:35

Quoi d'9 ?

À l’initiative du Pôle SCS, 75 participants se sont réunis au Village by CA de Sophia Antipolis il y a quelques semaines pour échanger sur les enjeux cyber et sur les grands projets structurants. Sont notamment intervenus : l’ANSSI, Amadeus, la CASA, le CSIRT, la Région Sud, EURECOM et la DGA. L’occasion de faire le point sur les principaux enjeux avec Olivier Chavrier, directeur du Pôle SCS.

Quel est le paysage actuel en matière cyber et comment nous positionnons-nous territorialement ?


Le champ de la cyber est vaste et pèse des milliards. La plupart des gens associent la cyber à la protection des emails et des systèmes d’information, pas forcément au domaine des objets connectés, or c’est un champ important du secteur. Si on prend tout l’écosystème, les grands leaders mondiaux sont les États-Unis et Israël, mais si on segmente - sans frimer…- la Région Sud est largement en tête pour tout ce qui concerne technologies de la carte à puce. C’est un petit volet de la cyber mais localement, c’est notre avantage concurrentiel. Une industrie très pointue s’est développée dans la région dans le domaine de la fabrication de cartes à puce et de logiciels embarqués sécurisés destinés aux objets connectés. En Allemagne et en Autriche, il y a du savoir-faire mais ici on a un concentré d’expertise sur la cryptographie sécurisée, notamment avec ST Microelectronics (Rousset, Sophia Antipolis) et Thales/ex-Gemalto (Gemenos, Sophia Antipolis). Il faut savoir que toutes les technologies pour concevoir le paiement sans contact ont été développées ici.


Nous sommes en train de vivre une période de transition numérique sans précédent qui représente un grand vivier de marché. Au vu de la multiplicité des offreurs de solutions, la question de la coordination est fondamentale. Comment voyez-vous réalistiquement cette coordination ? Un seul guichet unique est-il possible ? On a en effet l’impression qu’il y en a beaucoup…


On ne peut pas empêcher la concurrence. En termes d’écosystème cyber, le Pôle SCS a recensé 50 à 60 offreurs de solutions. Au vu des enjeux actuels, c’est loin d’être assez. L’enjeu est immense et il y a beaucoup de PME à sensibiliser. Le projet EDIH Move2Digital va aider en ce sens en visant à accélérer la numérisation des TPE/PME de la Région. L’idée est de pointer vers des tiers de confiance locaux, majoritairement privés, pour réaliser un audit préalable de leurs forces/faiblesses et leur proposer ensuite la mise en œuvre d’actions correctives concrètes. La Région a développé une feuille de route cyber qui comprend concrètement la création de lieux dédiés qui auront un rôle de vitrine. L’objectif est double : d’une part, promouvoir l’attractivité territoriale et attirer des entreprises ; d’autre part, orienter vers des dispositifs d’accompagnement existants.


En matière de normes, l’ENISA (l’Agence européenne pour la cybersécurité) vient de publier une note qui montre tous les standards qui existent en cyber et qui pointe la nécessité de les harmoniser pour rester accessibles aux TPE/PME. Certains donneurs d’ordre ont déjà mis en place des conditions pour contracter, les premiers à le faire sont les donneurs d’ordre qui travaillent avec la DGA. Au niveau du Pôle SCS, notre référentiel d’audit reprend le référentiel de maturité cyber qui a été conçu par le ministère des Armées et plusieurs gros industriels. L’idée est d’accompagner au mieux les sous-traitants dans cette transition nécessaire.


Quid du campus Cyber ?


C’est en ligne avec la stratégie nationale et régionale. Dans un milieu fortement concurrentiel et dynamique, il est important d’avoir un lieu totem pour afficher qu’il y a de la cyber en Région Sud. Le campus Cyber permettra de centraliser l’information dans quelques lieux dédiés stratégiques de la région et de faire découvrir les différentes offres : l’urgence cyber sera orientée au CSIRT, l’accompagnement technologique pour la R&D vers le Pôle SCS, l’audit vers le dispositif Move2Digital, EURECOM en termes de formation… On avait ces services avant, le campus Cyber permet de les mettre en valeur. Il y a des déclinaisons territoriales de ces campus. Paris bien sûr, où 70 % des acteurs sont présents. Rennes. L’Aquitaine. À Marseille, l’initiative est portée par un investisseur privé, Unitel Group, et le lieu physique est la tour Mirabeau, tout récemment sortie de terre, juste à côté de son cofinanceur CMA CGM. Sur Sophia, la même dynamique est en train de se mettre en place.


À suivre...

Parution magazine N°45 (juin, juillet, août)

Qu’en pensez-vous ?

Donnez-nous votre avis

Pour vérifier que vous êtes une intelligence humaine, merci de répondre à ce questionnement lunaire.